AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Rite annuel (salsa en Grande Thiérache le 28/06/11)...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gxxiii
Dresseur mediocris
Dresseur mediocris
avatar

Nombre de messages : 783
Age : 44
Localisation : Avesnes-sur-Helpe (59), 177 m
Points : 656
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Rite annuel (salsa en Grande Thiérache le 28/06/11)...   Ven 1 Juil - 13:23

C'est une bien curieuse tradition depuis quelques années (3 août 2008, nuit du 25 au 26 mai 2009, 14 juillet 2010), mais il semblerait que la Grande Thiérache soit abonnée aux orages violents à intervalle régulier... Et, ce 28 juin 2011, il se pourrait que nous ayons eu droit à notre occurrence annuelle. Ceci présuppose évidemment que nous ne connaissions rien de plus violent d'ici la fin de l'année, mais ce serait tout de même surprenant!
Juste avant que d'attaquer le "gros" du récit je vous propose un petit aperçu de ce qu'est censée être cette Grande Thiérache :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Thi%C3%A9rache
Bon, je conviens volontiers du fait que ce soit un peu trop facile et, pour ceux qui seraient réfractaires à la lecture de l'article Wikipédia en question, qu'il leur suffise de savoir que le secteur géographique concerné s'étend sur cinq régions administratives différentes de part et d'autre de la frontière belgo-française. En réalité ce n'est ni plus ni moins que l'extrémité occidentale du massif ardennais, la plus "douce", donc. 222000 habitants répartis sur 4200 km², approximativement, comprenant entre autres l'Avesnois et la Botte du Hainaut. Sans doute faudra-t-il que je prenne la peine de développer tout ceci un de ces jours...
Mais je m'égare! J'espère cependant que vous voudrez bien me pardonner cette brève digression.

Ce 28 juin 2011, donc, il régnait une chaleur épouvantable qui faisait suite à l'éprouvante et caniculaire journée de la veille (conclue par de lointains éclairs en direction du Nord aperçus en début de nuit) où les 32°-33° avaient déjà été atteints en Botte du Hainaut. Le mercure n'était pas descendu sous les 21°-22° durant la nuit et, du côté de Chimay en fin de matinée, l'ambiance était lourdement moite, le sinistre ciel plombé laissant échapper quelques grosses gouttes par une température dépassant déjà les 25° :



Ce n'était d'ailleurs qu'une mise en bouche puisque nous finirions par approcher les 35° au "meilleur" de la journée, juste avant que ne se déclenchent nos dantesques orages... Il fallut pour cela que le ciel se dégage et autorise Hélios à nous dispenser un maximum de chaleur au bénéfice de ces jours où il se trouve perché au plus haut dans notre ciel septentrional.
Ce n'est donc pas avant 17 heures que la cumulification s'activa véritablement, alors que l'air était bien surchauffé au niveau du plancher des vaches. Et, fatalement, de jolies structures nuageuses traduisant la forte instabilité atmosphérique se manifestèrent rapidement :





Très vite le vent se leva et, à mesure que s'obscurcissait le ciel et s'épaississaient les nuées, le tonnerre se mit à gronder de plus en plus régulièrement et fort... Aussi fut-ce sans surprise que nous vîmes apparaître un petit arcus :

Plan un peu plus serré sur l'arcus (merci Catherine!) :

Celui-ci dispensa sans tarder une activité électrique non négligeable alors que commençaient à tomber les premières gouttes, comme en attestent les deux captures vidéo suivantes :



La pluie forte débarqua sans crier gare et il nous fallut prestement nous mettre à l'abri. C'est alors que survint l'événement le plus spectaculaire -mais aussi redoutable et redouté- de cette journée, à savoir la grêle. Et elle ne fit pas semblant avec des grêlons atteignant 1 à 2 cm de diamètre pour la plupart d'entre eux, peut-être un peu plus pour les plus gros (mais certainement pas plus de 3 cm en tout cas, même si le double-décimètre resta rangé dans le cartable) :



Le point positif c'est que cette grêle ne fut pas trop abondante, aussi les dégâts demeurèrent-ils limités, seules quelques plantes ornementales ayant à souffrir de la chute de ces gros hydrométéores. Il est à noter que des témoignages dignes de foi évoquent des impacts visibles sur les carrosseries de divers véhicules dans le secteur de Beugnies/Sars-Poterie, pas bien loin de Solre-le-Château, en Avesnois. La grêle y fut sans aucun doute plus grosse (6-7 cm?) et plus fournie, comme le rapporte la presse locale.

Quoi qu'il en soit, ce sévère passage orageux ne dura pas excessivement longtemps, une grosse demi-heure tout au plus, de 18h30 à 19h environ. Il apporta un notable rafraîchissement, la température s'abaissant de près de 10° pour s'établir à 25°-26° après la fin des précipitations qui fournirent 11 mm au pluvio de jardin.
Pour autant il n'y avait toujours pas là de quoi permettre aux organismes, éprouvés par les torrides 36 heures précédentes, de récupérer si peu que ce soit. En effet, à l'issue de cette belle rincée, les hainuyers bois de Sivry-Rance adoptèrent une sympathique ambiance, "tropicale" à souhait avec une chaude vapeur émanant de toutes les surfaces. Intense sensation d'oppression humide :

Nous eûmes ensuite droit à une vraie et belle accalmie. Si le ciel resta chargé, nous n'entendions plus que sporadiquement et faiblement le tonnerre alors que quelques flashs se manifestaient ça et là dans le lointain... Le calme, quoi!
C'est près de deux heures plus tard, alors que la nuit approchait, que devait débuter l'acmé de cet épisode orageux.

Vers 21h30 l'assombrissement (naturel à cette heure-ci) de la voûte céleste s'accentua alors que les roulements de tonnerre reprenaient vigueur au fur et à mesure que flashs lumineux et éclairs se multipliaient et se rapprochaient. Une rapide sortie permit de confirmer ceci à l'aide d'une petite vidéo dont sont issues les deux captures d'image suivantes :



On devine sur la gauche de la seconde l'apparition d'une structure suspecte de forme vaguement arquée... Alors que le foudroiement était devenu quasi incessant et très proche, il fut décidé de prestement changer de point de vue afin de voir si ladite structure pouvait être aussi prometteuse qu'elle le semblait.
Et là bingo! Il s'agissait du second arcus de la journée, mais celui-ci était autrement plus consistant que le premier, rappelant fortement la "bête" qui avait traversé la région le 14 juillet 2010 :

Son avancée rapide ramena vite la pluie. Il fut possible de saisir à la volée -malheureusement avec une qualité fort médiocre- l'allure du Golgoth en question juste avant qu'il ne nous engloutisse dans son encre obscure seulement déchirée par la vigoureuse Sorcière électrique (je ne doute pas du fait que vous me pardonnerez aisément ce lyrisme de pacotille!) :

Une autre vue de Béhémoth (merci Madame Catherine, encore!) :

Le monstre étant costaud, il fallut se rendre à l'évidence : la fuite vers l'abri le plus proche ne pouvait plus être différée. Débuta alors un véritable "bombardement kéraunique". Flashs et éclairs, d'intensité lumineuse variable mais souvent forte, illuminant le ciel dans toutes les directions, tonnerre incessant et profond... Un incroyable festival qui fut totalement gâché par une pluie très forte et continue, hélas! Mille fois hélas!
Au bout d'une heure de ce régime survitaminé, alors que la "bête" donnait quelques signes d'essoufflement, il fut tout de même possible d'attraper une poignée d'éclairs. Néanmoins ceux-ci, pris depuis l'indispensable abri, ne témoignent que très imparfaitement de ce que fut en réalité ce festival :





Je tentai ce que je pensais être une courageuse sortie aux alentours de 23h30, à la faveur d'un relâchement de l'activité céleste, afin de relever ce qu'indiquait le pluviomètre : plus de 25 mm supplémentaires étaient venus s'ajouter aux précipitations enregistrées lors du passage du premier arcus! Accessoirement, j'ai la nette sensation qu'il y a là sous-estimation, mais je ne suis pas en mesure de le prouver.
En revanche je suis certain qu'il fut relevé 61.5 mm sur l'ensemble de l'épisode à quelques kilomètres de l'entité de Sivry-Rance, du côté d'Hestrud, petit village de l'Avesnois niché au cœur des forêts voisines :
http://www.meteo-hestrud.fr/

La reste de la nuit, ponctuée de quelques retentissants coups de tonnerre jusqu'à près de deux heures du matin, vit la pluie tomber irrégulièrement mais continûment pour un total de 5 mm en sus. Ce qui porta donc le cumul local à près de 41 mm sur l'entièreté de l'épisode, le plus important depuis les pluies de début janvier ayant provoqué les plus fortes inondations que la région ait connues depuis... novembre 2010 (mais là, pour le coup, cela faisait 17 ans que les cours d'eau de la région n'avaient pas fait montre de crues aussi importantes, du moins à ma connaissance)!

Le lendemain, traversant à la vitesse de l'éclair les régions balayées par le phénomène, je crus discerner des dégâts aux cultures provoqués par la grêle et le vent dans le secteur précédemment évoqué de Sars-Poterie/Beugnies. Il m'a également semblé voir un arbre cassé à côté de la gare de Beugnies dont je jurerais qu'il n'était pas dans cet état quelques jours auparavant à peine. Je ne suis hélas pas à même d'illustrer ce qui de toute façon relève au mieux de l'intime conviction.
En revanche je peux témoigner photographiquement du spectacle aperçu du côté d'Avesnes-sur-Helpe, à savoir un nettoyage en règle afin de débarrasser les rues et trottoirs des nombreuses feuilles et branches (petites et moyennes, essentiellement) tombées durant cet épisode :



Rien que de très habituel en substance. En tout état de cause rien qui puisse se comparer aux dégâts enregistrés les 26 mai 2009 et 14 juillet 2010. Il est dès lors bien difficile de penser que les vents aient pu souffler avec une vigueur extrême...

Voilà, je crois avoir été le plus complet possible en ce qui concerne ce remarquable événement météo. Au-delà de toute considération climatologique tant soit peu pointue que je laisse bien volontiers aux personnes compétentes en la matière, se pose une question proprement existentielle pour les romantiques âmes orageophiles locales : faudra-t-il attendre près d'un an pour assister de nouveau à un spectacle aussi grandiose? Very Happy

G.

_________________




Dernière édition par gxxiii le Dim 3 Juil - 17:32, édité 3 fois (Raison : Correction orthographique, oubli de l'accord en genre et en nombre sur "connues"... Sans doute reste-t-il encore un peu de boulot à faire en la matière, par ailleurs + nouvelle amélioration)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hithlum-on-earth.skyrock.com/
 
Rite annuel (salsa en Grande Thiérache le 28/06/11)...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un cimetière de la Thiérache.
» Passeport annuel perdu et visite prévue le 14/2
» [Offre Carrefour Noël 2009] Passeport annuel Fantasy à 99€
» Qui a la plus grande energie spirituelle?
» La grande énigme du Club des Cinq

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chasseurs de nuages - Hunters clouds :: Activités nuageuses -Clouds activity :: Eclairs - Tornades - Cyclones-
Sauter vers: